Chez ces gens-là... par Daniel Bastié

Avec une déferlante d’émotion, les attentats à l’aéroport de Zaventem et du métro Maalbeek ont suscité maints débats à la télévision, dans les journaux et dans les écoles. Comment exprimer la colère, le chagrin et le désespoir ?

Après les sociologues et les philosophes, les artistes ont pris le relais et se sont évertués à parler de l’impensable et de l’innommable. Ron Dorlan, auteur de romans noirs le plus souvent dédiés à la ville de Bruxelles, ne pouvait pas demeurer les bras ballants et ne rien faire. Il s’est investi dans l’écriture d’un thriller qui se déroule à deux époques, faisant voyager le lecteur en Belgique lors du drame de mars 2016 et au Proche Orient dans le cadre de la première croisade, menée par Godefroy de Bouillon en décembre 1098.

Il met en scène un professeur d’histoire qui, annihilé par les explosions successives, perd rapidement tout contact avec la réalité. Dans son esprit, les siècles se télescopent. Existe-t-il un lien, aussi ténu soit-il, entre le départ des EuropéeQus pour libérer Jérusalem des impies et Daech, qui prône la mort des mécréants ? Qui sont les assaillants ? Qui sont les victimes ? Bien que l’idée ne soit pas neuve, l’auteur écorne le mythe des Croisés et rappelle que, au cœur de la capitale, à quelques mètres des grillages du palais royal, à un bond du parc qui vibre aux cuivres et aux tambours du défilé militaire chaque 21 juillet, a été érigée la statue d’un des grands génocidaires de l’histoire, triomphant sur un destrier piaffant d’impatience, comme si Jérusalem ne lui suffisait plus et qu’il comptait se lancer à la conquête de notre ville. Le carnage qu’il a organisé a longtemps été raconté dans les manuels scolaires. Hommes, femmes, enfants, tous avaient été passés par le fil de l’épée pour le bon plaisir de Dieu. Chrétien assidu, figure de légende et avoué du Saint-Sépulcre, l’homme représente du point de vue occidental un héros, modèle de vertu et de bravoure. Un barbare, un sanguinaire et un fléau selon les Orientaux. Bien sûr, un millénaire le sépare de notre époque, mais de là à lui dresser un piédestal au vu de tous (de surcroît restauré en 1989 pour un montant de plus de trois millions de francs belges) ! Sans jamais se perdre en digressions inutiles Ron Dorlan brosse un récit sans temps morts et remet les pendules à l’heure. Chez ces gens-là … » distribue les pièces d’un puzzle selon un tempo lent et étourdissant, réussit une description désarmante de nos certitudes et résonne, avec force, comme une gifle sur la joue.

Daniel Bastié - 5 juin 2019

Brussels Diffusion asbl
Contact et abonnement : pressculture4@gmail.com